De l'eau à l'air ou, faut toujours l'avoir dans le coffre (bis)...

Lundi de Pentecôte, balade sur le lac de Morat en famille, le frangin vient de faire son permis.                        

Puis miam miam, puis ramener nos parents en Gruyère, où, vers 17h et quelques les cieux sont fort beaux..

Ce serait dommage de rater ça. L'Orbéa se trouvant par hasard dans le coffre, hop, je me fais emmener à Grandvillard et dis à la chauffeure de rentrer au Pâquier, mon village d'origine, ce qui sous-entend d'y aller en vol.

En haut c'est bien ventilé, on est deux, je pars et ça monte direct... Ensuite je regarde l'autre qui a fait très long et qui finalement n'est plus au déco, mais ni dans le ciel... je cherche, cherche... et hop le voici dans les arbres. J'arrête donc de monter pour aller voir. comme ça bouge et que je le vois plier, hop, re-direction les bases...

C'est bon mais ça bouge pas mal, petite promenade le long des crêtes puis cap vers mon village. S'ensuit un plané d'exactement 4, oui 4.0, de finesse pour arriver au village mais pas à la maison, faut finir à pied... la brise de vallée était bien là au travers de Gruyère.

Bref... Faut toujours l’avoir dans le coffre…

 

img-0488.jpgZe dent de Broc et le lac

img-0491.jpgZe Vanils

img-0497.jpgGruyères, où j'allais en vacances chez Grand-maman quand j'étais innocent.

img-0502.jpgSous un autre angle, qui donne une idée de mon angle de plané....

img-0508.jpget hop...

img-0512.jpgTerrain fraîchement fané pour m'y acceuillir...  Rigolant

Le but était 500m plus loin, derrière le tracteur, mais bon....

Adjeu don

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Vous devez être connecté pour poster un commentaire