Un vol qui aurait pu mal tourner

  • Par etienne
  • Le 08/01/2015
  • 3 commentaires

Je regarde le ciel bleu depuis le bureau et je me dis qu'au vu du vent qu'il y a actuellement à la Dôle ça pourrait être une bonne occasion de marcher et voler en soaring.

Je monte à Couvalop et laisse la voiture derrière moi, le drapeau Suisse bouge un peu puis plus mais rien d'alarmant a première vue...

Arrivé à mi pente sous le sommet le vent est là un peu avant le terminus des remontées de Couvaloup je le sens dans ma nuque, légèrement travers, de l'Ouest. Je pars en direction opposée pour m'approcher du télésiège. A cent mètres c'est face, parfait, les sapins sifflent cinq minutes puis plus rien... Je prépare mes affaires et ça se remets à venter, ça sera peut-être rafaleux en l'air mais ça parait gérable.

Le ciel est bleu au-dessus de ma tête au loin sur Saint Claude les nuages sont en approche mais rien de bien méchant, à mon sens.

Je décolle et comme prévu ça bouge un peu , je m'avance en direction de Couvaloup, je monte, pas de vario mais je le vois bien par rapport au relief qui est derrière moi. Quelques minutes plus tard, je me dis que finalement j'ai bien mérité de rester encore un moment en l'air après cette montée! Alors retour au relief et je fais face au vent.... une minute plus tard je réalise que ça forcit, je mets un peu d'accélérateur, pas trop, je regarde le sol et je fais du surplace. J'accélère encore un peu mais là je n'avance plus, je recule!

J'essaie de faire les oreilles mais je recule encore et je vais bientôt me retrouver au-dessus du relief!

Je lâche tout, foutu pour foutu autant aller dans le sens du vent, demi-tour et direction la Barillette. Je passe à toute vitesse au-dessus de mats de Skyguide et je sais que je vais me retrouver dans les rouleaux! Il est 12h10 je suis au-dessus de la combe et je me dis "mais quesque tu fouts la !" Une pensée pour Leo et Mélanie et tout va très vite!

Frontale, je pompe ca rouvre, j'étais haut, j'ai perdu du gaz mais les turbulences sont moins fortes, j'essaie de maintenir ma voile ouverte. Au sol aucun indice concernant le vent ou sa direction, objectif, maintenir la voiler ouverte et atterrir le plus vite possible. Je me pose finalement dans un creux au pied du téléphérique Skyguide en direction de la cabane des apprentis.

J'ai à peine le temps de jeter un œil à ma voile qu'une bourrasque de vent s'engouffre dans cette dernier et me traine d'abord sur la neige puis sur l'herbe gelé de la combe! Et ya des cailloux! La poisse, je ne me suis pas fracassé en tombant du ciel mais je vais finir par me fracasser le crane sur un caillou en me faisant trainer au sol!

Finalement ce sont mes suspentes de frein qui se plantent dans une motte d'herbe gelée immobilisent le parapente que je peux ramener en roules vers moi!

Je remballe mon matériel piteusement sans savoir que Pierre Fluck a aperçu ma voile au moment où je passais le relief, limite décrochage et qu'il sort pour voir les dégâts. Ne m'apercevant pas il retourne prendre la trousse d'urgence et descend en télé dans la combe. Il ira me chercher du côté Genève alors que je suis à l'opposé derrière une bute à l'abri du vent qui vient plein sud avec des rafales inouïes, incroyable le vent qu'il y a dans ce trou! Ce n'est qu'en remontant avec la cabine qu'il m'aperçoit, debout, embarquant mon équipement.

Je remonte à la cabane du ski club, passe le col bien venté, le ciel est gris, mais je suis entier...

De retour au bureau Jacques m'appelés pour me dire que Pierre aimerait des nouvelles de l'infortuné parapentiste qui d'après la description de la voile semble correspondre à la mienne. Merci Jacques d'avoir pris des nouvelles.

Je passe 15 minutes très instructives au téléphone avec Pierre et nous nous quittons en nous souhaitant de bons vols à la Dôle mais dans de meilleures conditions. Merci Pierre pour les précieuses informations que tu m'as communiqué et pour avoir pris la peine de venir me secourir.

Les points que je retiendrai de cette aventure sont:

- ne pas faire l'économie des quelques mètres qui vous séparent du sommet, il faut aller sentir le vent en haut après le mur pendant cinq minutes
- se méfier lorsque le vent passe de calme a une certaine amplitude, du laminaire, rien que du laminaire
- dans des condition particulaires examiner une dernière fois les vents a la Dole et sur xcweather avant de décoller
- ne pas hésiter à redescendre à pieds quand ce n'est pas net

Aujourd'hui j'ai grillé un joker...

Bons vols a tous

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • rykola
    • 1. rykola Le 10/01/2015
    en t'en que président je te félicite pour t'a métrise de la voile sous le vent et le fait qu'on ai pas à rajouter ton nom à la malheureuse liste des accidenter de l'année.
    en t'en que pilote je me demande ci il n'aurai pas été plus judicieux de partir vent de cul le plus loin possible de cette zone très dangereuse et aller poser en plaine ou le vent étai bien plus calme à cette heure la.
    merci pour le partage de ton expérience
  • repachlo
    • 2. repachlo Le 09/01/2015
    Bravo Étienne pour ta capacité d'autocritique et ta remise en question. Ton partage d'expérience est également tout à ton honneur. Content que tu t'en sortes indemne de ce vol, me réjouis d'en partager de plus paisible avec toi
  • lamouette
    Bravo Etienne, c'est courageux de rendre public ses divers échecs ou péripéties dangereuses. On essaiera de ne pas faire la même (dangereuse) erreur. Cool qu'on aie aussi un copain volant sur place. S'il t'était arrivé qqch de grave, les secours auraient vite été avertis.

    Je me rappelle bien que Kreukreu, notre vénéré président, nous a bien prévenu plusieurs fois, les Lacombe et moi, de bien aller "sentir le vent" (météo) jusqu'au sommet de la Dôle. Car en effet, on pourrait décoller sous les rochers en haut des pistes, à 50m sous le sommet, dans du 25-30km/h. Mais cette force de vent nous monterait très vite en soaring, nous envoyant dans une couche de vent forcissante au risque de passer derrière.

    Tu es le premier à être reculé derrière, encore vivant heureusement, car un copain mort c'est moins drôle

    Bon résumé, bonnes conclusions, merci l'ami, et longue vie à toi et à tous les membres du CVLD

Vous devez être connecté pour poster un commentaire